10°C
Baleines et phoques du Saint‑Laurent

 

 Les mammifères marins sont des habitués de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent, des environnements marins dynamiques et riches. Grâce aux marées, au relief sous-marin et aux courants, ces zones connaissent des concentrations exceptionnelles de poissons et de plancton. Il n'est donc pas surprenant que le Saint-Laurent soit l'un des meilleurs endroits au monde pour l'observation des baleines : c'est comme un buffet à ciel ouvert !

Explorez les treize espèces de cétacés présentes dans le Saint-Laurent ! La plupart ne font que passer saisonnièrement, à l'exception du béluga qui y réside toute l'année. Vous découvrirez également trois espèces de phoques qui sont régulièrement observées dans la région.

  Télécharger le document PDF Baleines & Phoques du Saint-Laurent par le GREMM

Cohabiter avec les baleines

Naviguer dans l'habitat des baleines, que ce soit en kayak, en voilier ou en bateau à moteur, demande une compréhension approfondie et une vigilance accrue. Dans l'estuaire, le golfe du Saint-Laurent et la rivière Saguenay, des règles strictes régissent la navigation pour protéger les baleines.

Suivre une formation spécifique peut vous aider à acquérir les connaissances nécessaires pour protéger ces précieux mammifères marins et obtenir une certification.

 
 

Rorqual bleu

Le Saint-Laurent est l'un des rares endroits sur la planète où l'on peut observer le plus gros animal du monde près des côtes. Il y vient se nourrir de krill. Décimée par la chasse, cette espèce ne compterait que quelques centaines d'individus dans l'Atlantique Nord.

 21 À 26 M, JUSQU'À 30 M
80 À 120 T, JUSQU'À 135 T
LONGÉVITÉ : 90 ANS
PLONGÉE : 10 À 30 MIN

 

 

Rorqual commun

Surnommé le lévrier des mers, ce deuxième géant de la planète est l'un des plus rapides avec des pointes de vitesse de 40 km/h ! La coloration de sa mâchoire est différente du côté gauche (foncé) et du côté droit (pâle). Pendant le jour, ses plongées atteignent généralement les 100 m… soit cinq fois sa longueur !

 18 À 21 M, JUSQU'À 27 M
40 À 50 T
LONGÉVITÉ : 75 À 100 ANS
PLONGÉE : 5 À 15 MIN, JUSQU'À 25 MIN

 

 

Baleine noire

La baleine telle qu'on se l'imagine : ronde et dodue ! Elle a presque été exterminée dans l'Atlantique Nord à la fin des années 1800. Aujourd'hui, les dernières survivantes sont très menacées par les collisions avec les bateaux et par les prises accidentelles dans les engins de pêche.

 10 À 15 M, JUSQU'À 17 M
30 À 60 T
LONGÉVITÉ : PLUS DE 80 ANS
PLONGÉE : 6 À 8 MIN, JUSQU'À 60 MIN

 

 

Cachalot

Le Moby Dick d'Herman Melville se trouve dans tous les océans du monde et préfère les eaux très profondes où il chasse calmars et poissons. Les mâles gagnent les eaux froides l'été avant de rejoindre les femelles dans les eaux tropicales l'hiver. Depuis 1991, il est observé occasionnellement dans l'estuaire.

 11 À 15 M, JUSQU'À 18 M
15 À 40 T, JUSQU'À 50 T
LONGÉVITÉ : 50 À 70 ANS
PLONGÉE : 15 À 90 MIN, JUSQU'À 2 H

 

 

Rorqual à bosse

Chanteur et acrobate, il sort très souvent la queue hors de l'eau lorsqu'il plonge. Ses nageoires pectorales sont très longues et blanches. C'est le mieux connu des grands cétacés. Plus de 7 500 rorquals à bosse franchissent, chaque année, les milliers de kilomètres qui séparent leurs sites de reproduction dans les Caraïbes de leurs aires d'alimentation dans l'Atlantique Nord.

 11 À 13 M, JUSQU'À 16 M
25 À 30 T, JUSQU'À 35 T
LONGÉVITÉ : 30 À 50 ANS
PLONGÉE : 8 À 15 MIN, JUSQU'À 30 MIN

 

 

Épaulard

Le plus gros des dauphins est présent un peu partout dans le monde. Grand chasseur, il peut s'attaquer à des animaux bien plus imposants que lui. Dans le Pacifique, il vit en groupes familiaux très stables. Dans l'Atlantique Nord, ils sont peu nombreux et dispersés. Les observations dans le Saint-Laurent sont rares.

 6 À 7 M, JUSQU'À 10 M
3 À 7 T
LONGÉVITÉ : 50 ANS (MÂLES), 100 ANS (FEMELLES)
PLONGÉE : 3 À 5 MIN, JUSQU'À 20 MIN

 

 

Baleine à bec commun

Comme le cachalot, cette baleine est experte en plongée profonde de longue durée. Une petite population vit au large de la Nouvelle-Écosse. Les seuls individus observés dans le Saint-Laurent s'étaient échoués vivants. La pollution sonore est l'une des menaces qui affectent l'espèce : des baleines à bec ont péri ailleurs à cause des bruits intenses sous l'eau associés à l'exploration sous-marine et aux exercices militaires.

 6 À 10 M
3 À 7 T
LONGÉVITÉ : 40 ANS
PLONGÉE : 3 À 70 MIN, JUSQU'À 2 H

 

 

Petit rorqual commun

Il est le plus petit des rorquals. Lorsqu'il chasse le poisson près de la côte, on voit parfois son ventre rosé à la surface. Abondant dans toute son aire de distribution, il est chassé à certains endroits dans le monde.

 6 À 9 M, JUSQU'À 10 M
6 À 8 T, JUSQU'À 10 T
LONGÉVITÉ : 50 ANS
PLONGÉE : 2 À 10 MIN, JUSQU'À 20 MIN

 

 

Globicéphale noir de l'Atlantique

Avec une peau sombre, un corps massif et un melon proéminent sur la tête, le globicéphale n'a pas l'allure habituelle des autres membres de la famille des dauphins. Il forme des groupes familiaux stables de plusieurs dizaines d'individus. C'est un visiteur régulier du golfe, mais il remonte rarement jusque dans l'estuaire. Il est connu pour ses échouages collectifs.

 4 À 5 M, JUSQU'À 8 M
2 À 3,5 T
LONGÉVITÉ : 45 ANS (MÂLES), 60 ANS (FEMELLES)
PLONGÉE : 5 À 20 MIN

 

 

Béluga

Parmi les cétacés, c'est lui qui a le répertoire vocal le plus varié. Cette espèce arctique, compte aussi une petite population dans le Saint-Laurent, où elle a subi une chasse soutenue qui a pris fin dans les années 1970. Considérée en voie de disparition, cette population doit aujourd'hui survivre dans un environnement dégradé.

ATTENTION ! Il est interdit de s'approcher à moins de 400 m d'un béluga. S'il y en a un qui s'approche de votre embarcation, éloignez-vous lentement et avec vigilance.

 4 À 5 M
0,7 À 1,5 T, JUSQU'À 2 T
LONGÉVITÉ : 60 À 80 ANS
PLONGÉE : 2 À 15 MIN

 

 

Dauphin à nez blanc

Ces deux espèces forment des troupeaux de centaines d'individus. Curieux et dynamiques, ils chevauchent les vagues des navires. Le dauphin à flancs blancs fait des visites occasionnelles dans l'estuaire. Les deux espèces visitent régulièrement le golfe.

 2 À 3 M
180 À 350 KG
LONGÉVITÉ : 30 ANS
PLONGÉE : 1 À 2 MIN

 

 

Dauphin à flanc blanc

Ces deux espèces forment des troupeaux de centaines d'individus. Curieux et dynamiques, ils chevauchent les vagues des navires. Le dauphin à flancs blancs fait des visites occasionnelles dans l'estuaire. Les deux espèces visitent régulièrement le golfe.

 2 À 2,7 M
180 À 230 KG
LONGÉVITÉ : 30 ANS
PLONGÉE : 1 À 2 MIN

 

 

Phoque gris

C'est l'un des plus gros phoques du Saint-Laurent. Il quitte l'estuaire pour la saison froide et se reproduit sur les glaces près de l'Île-du-Prince-Édouard et sur l'ile de Sable, au large de la Nouvelle-Écosse. Il est abondant dans le Saint-Laurent. Plutôt grégaire sur terre, il est solitaire lorsqu'il se nourrit en mer.

 2 À 2,4 M
225 À 300 KG
LONGÉVITÉ : 35 ANS
PLONGÉE : JUSQU'À 30 MIN

 

 

Marsouin commun

Le marsouin commun est le plus petit cétacé du Saint-Laurent et l'un des plus petits au monde, si bien qu'on le voit et l'entend à peine. Les femelles donnent naissance chaque année au début de l'été. Dans les années 1990, des milliers de marsouins mouraient chaque année, capturés par accident dans les filets de pêche. La situation s'est améliorée, mais demeure préoccupante.

 1,5 À 2 M
45 À 50 KG, JUSQU'À 65 KG
LONGÉVITÉ : 10 À 13 ANS
PLONGÉE : 1 À 3 MIN, JUSQU'À 12 MIN

 

 

Phoque du Groenland

C'est un visiteur hivernal du Saint-Laurent, mais on l'observe de plus en plus l'été. Il forme souvent des groupes nombreux dont les mouvements à la surface font littéralement bouillonner l'eau. La population du Saint-Laurent se chiffre à quelques millions et fait l'objet d'une chasse commerciale.

 1,6 À 1,9 M
85 À 10 KG
LONGÉVITÉ : 30 ANS
PLONGÉE : JUSQU'À 15 MIN

 

 

Phoque commun

Ce petit phoque côtier réside à l'année dans le Saint-Laurent. Il vit en groupe sur la terre alors que dans l'eau il est solitaire. Dans l'estuaire, la période des naissances va de la mi-mai à la mi-juin. Considéré « non en péril », on ignore toutefois combien d'individus fréquentent le secteur du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent.

 1,45 À 1,55 M
100 KG
LONGÉVITÉ : 20 ANS
PLONGÉE : ENTRE 2 ET 30 MIN

 

Quelques baleines connues du Saint-Laurent

 

 

JAW-BREAKER (B246)

Jaw-Breaker fait partie des 15 à 18 % de rorquals  bleus du Saint-Laurent qui montrent la queue  quand ils plongent. Lorsqu'elle lève sa queue,  on distingue la tache blanche située sur le rebord  du lobe gauche. Très fidèle à l'estuaire,  
cette femelle a eu un veau en 2022.

 

 

 

 

CAÏMAN (BP034)

Caïman est l'un des rorquals communs les plus souvent identifiés dans le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent ! La première observation remonte en 1986 ! À cette époque, cette femelle semblait déjà être une adulte.

 

 

 

 

MISS FRONTENAC (BI2286)

Miss Frontenac est le premier béluga à être suivie par photo-identification depuis sa toute première année. Une profonde cicatrice est apparue sur son dos quelques  semaines après sa naissance en 2004, permettant aux chercheurs de la reconnaitre à travers les années. Maman à son tour, elle a donné naissance à son premier jeune en 2014. En 2008, elle a été adoptée par Fairmont Le Château Frontenac, dans le cadre de la campagne Adoptez un béluga.

 

 

 

 

TIC TAC TOE (H509)

Visiteuse assidue du Saint-Laurent, Tic Tac Toe  n'a même pas encore un an lorsqu'elle est observée pour la première fois en 1997, voyageant avec sa mère, Quartz. Au fil des années, elle amène elle-même plusieurs veaux dans le Saint-Laurent, notamment Aramis, née en 2007, qui est maintenant elle-même maman ! Elle se distingue à son « X » visible sur le lobe droit de sa queue.