2°C
Ma « bucket list » Côte-Nord

Paul Lavoie 

Directeur de Tourisme Côte-Nord  

 

Si Paul Lavoie, directeur de Tourisme Côte-Nord n'est pas au travail, il est en train de profiter de la Côte à pied, à vélo ou en kayak. 

 

L'Anse-de-Roche dans le parc national du Fjord-du-Saguenay est un secteur idéal pour les kayakistes. La vallée glaciaire offre des couchers de soleil imprenables. 

 

L'île d'Anticosti est, selon lui, un lieu de rêve comme au cinéma. La rencontre avec les oiseaux, les chevreuils et les renards est stupéfiante. 

 

L'archipel des îles Mingan demeure magique pour son histoire, sa beauté et la variété d'activités qu'il est possible de réaliser pour s'y approcher. 

 

À 11 kilomètres de la route 138 se trouve le mythique phare de Pointe-des-Monts qu'il est possible de visiter et d'observer la mer, depuis les rochers. 

 

Visiter la Côte-Nord, c'est aussi partir à la rencontre d'un peuple, celui des Innus. Résilients et fiers, ils portent le territoire à travers leur culture et leur langue. Paul Lavoie ajoute : « On en ressortira en leur disant tshinashkumitin ». 

 

Noémie Pomerleau-Cloutier 

Autrice de Baie-Comeau. son dernier recueil intitulé «La patience du lichen» raconte le quotidien des gens des communautés de la Basse-Côte-Nord 

 

La Baie-Comoise Noémie Pomerleau-Cloutier revient régulièrement passer ses vacances sur la Côte-Nord. 

 

Le Sentier des embruns à Baie-Comeau lui permet de côtoyer forêt, rivière et bord de mer. Un huit kilomètres de nature joignant les deux secteurs de la ville. 

 

Les Ilets-Caribous, ancien village de pêcheurs où se trouvait jadis une usine de coquillages, sont magnifiques pour observer l'eau aux couleurs paradisiaques, selon l'autrice qui en profite pour déguster la guédille crabe-crevettes du casse-croûte du camping. 

 

La Pointe de Moisie est généreuse en petits fruits. Cette ancienne base militaire du temps de la guerre froide permet la rencontre entre la rivière Mishta-Shipu et le golfe. 

 

Le village de Baie-Johan-Beetz est inévitable pour visiter l'artiste Chantal Harvey ainsi qu'apercevoir les épinettes brûlées par l'incendie de 2013. La renaissance de cette forêt est une beauté poétique. 

 

En montant sur le Bella Desgagnés, il est possible de profiter de diverses activités organisées par Tourisme Winipeukut, situé à La Romaine et Unamen Shipu en Basse-Côte-Nord. Un voyage aussi inoubliable qu'un rêve. 

 

Irvin Blais  

Auteur, compositeur et interprète country qui habite Rivière-aux-graines depuis plus de 30 ans 

 

L'artiste country Irvin Blais habite Rivière-aux-Graines depuis 32 ans. Lieu recommandé à tous les gens qu'il rencontre pour ses levers de soleil magiques et son histoire. Le village est situé au 1092e kilomètre sur la route 138, côté mer. 

 

Les plages de Maliotenam près de Sept-Îles sont idéales pour se baigner et faire des châteaux de sable. Selon Irvin, les vagues sont dignes de celles de la Californie et les rencontres interculturelles sont naturelles. 

 

Les chutes Manitou, hautes de 35 mètres, valent la centaine de marches à descendre pour s'y rendre. Elles sont accessibles du bureau touristique de la Minganie. 

 

La rivière Natashquan, noble et puissante, offre aux pêcheurs et aux poètes de touchantes histoires à raconter. 

 

L'an dernier, le chanteur a découvert avec stupéfaction les belvédères du sentier de l'Anse à Zoël à Magpie. Les points de vue du golfe du Saint-Laurent sont variés et somptueux. Il souhaite d'ailleurs aux touristes d'oser l'aventure et d'entendre les histoires des résidents qu'il raconte notamment dans ses chansons. 

 

Josée Leblanc  

Entrepreneuse et administratrice de Tourisme Autochtone 

 

Josée Leblanc possède l'entreprise Atikuss qui souhaite faire rayonner l'artisanat autochtone. Elle ouvrira cet été un écomusée pour faire rayonner l'histoire de la culture du mocassin notamment. En tant qu'administratrice de Tourisme autochtone, elle travaille à la valorisation des communautés de la Côte-Nord. 

 

L'hôtel Essipit fait partie de ses adresses coup de cœur pour son hébergement en bord de mer qui promet une rencontre avec les mammifères marins des plus magiques. 

 

La fosse numéro trois de la rivière Natashquan est son endroit de prédilection pour voir sauter les saumons. Un moment spectaculaire qui lui rappelle « la puissance de la nature dans toute sa simplicité ». La pourvoirie Hipou offre un service de guidage. 

 

En revenant vers Sept-Îles, un arrêt s'impose à la maison de la culture innue d'Ekuanitshit pour se laisser porter par le mode de vie ancien des innus raconté dans le cadre de son exposition permanente. 

 

Pour les plus aventureux qui souhaitent profiter du Nitassinan pour vivre une immersion en nature, il y a la Station Uapishka au pied des monts Groulx. Quand la nature rencontre la démesure dans tout ce qu'il y a de plus authentique, vrai et sincère. 

 

Réjean Porlier 

Ancien maire de la Ville de Sept-Îles, natif de Port-Cartier 


L'ancien maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, habite à Gallix, près de Sept-Îles. Un secteur qu'il affectionne pour ses plages et ses sentiers qu'il redécouvre grâce au site web Les sentiers de la Côte. 

 

Le lac Walker est sans contredit l'endroit idéal pour le pêcheur à la truite qu'il est. Situé au cœur de la réserve faunique de Port-Cartier-Sept-Îles, il a l'aspect d'un fjord avec ses 33 kilomètres de long et ses 280 mètres de profondeur. 

 

« Ce qui me fait le plus grand bien sur la Côte-Nord, c'est le sentiment d'évasion et ce contact privilégié avec une nature si imposante et majestueuse qu'elle nous ramène à plus d'humilité et nous aide à oublier les tracas quotidiens ». 

 

L'été, il en profite pour partir à la découverte des villages de la Minganie avec sa conjointe Chantal et leur roulotte. Un soir, il a pu entendre les cris de phoques gris, accompagnés du son des vagues. Un souvenir aussi précieux que surprenant. 

 

Il y a quelques années, il a effectué la croisière sur le Bella Desgagnés afin de visiter la Basse-Côte-Nord. Voyage marquant pour la découverte d'un monde singulier et riche de belles rencontres. 

 

Marilène Gill 

Députée de la circonscription de Manicouagan à la Chambre des communes pour le Bloc québécois 

 

  1. Baie-Sainte-Claire (Anticosti, Minganie)

Pour la lumière du soleil couchant sur la mer qui me rappelle la plénitude des fins de soirée de mon enfance.  

  1. Mutton Bay (Basse-Côte-Nord)

Parce que j'y ressens tout l'attachement que j'ai à ma nordicité en même temps qu'un sentiment d'immensité, qui me donne parfois l'impression de fouler le sol de la Scandinavie. 

  1. Rivière Saint-Barthélémy/chute de Papinachois (Manicouagan)

Situés sur le territoire de Pessamit, ces deux endroits sont un lieu d'arrêt à mon retour à la maison. Je profite alors du refuge que m'offrent le silence et le bruit, comme un sas.  

  1. Rivière Moisie ou Mishta-shipu (Sept-Rivières)

L'embouchure immense de cette " grande rivière ", comme la nomme la nation innue, me rappelle ce lien intime de gratitude qui doit nous unir au territoire, à ses habitants millénaires et à l'abondance de sa faune et de sa flore. 

  1. Lac Gobeil (Grandes-Bergeronnes, Haute-Côte-Nord)

Déambuler à travers une forêt de grands cèdres qui ouvre sur la plage d'un lac tient de l'exotisme, presque de l'irréel.   

 

Actualités

Afficher tous